Pour travailler avec moi

Faisons connaissance

Contacte-moi ! Quel est ton besoin ? Suis-je la bonne personne ? Est-ce le bon moment ?

Dis-moi tout !

Ton projet est unique,
définissons-le,
détaillons-le.

Proposition du devis

Discutons-en.
Ajustons-le.
Validons-le.

Organisation

Je te propose un rétroplanning pour avoir une vision globale du déroulement du projet.

Pendant le projet

On échange régulièrement pour faire avancer le projet dans le bon sens.

La suite

Je peux te former ou continuer à t’accompagner, et je reste disponible pour tes futurs inspirations.

Me contacter

Par mail

cecile@quifaitmouche.com

Par visio ou téléphone

Première prise de contact de 15min (gratuit)

Mon cœur professionnel à toujours balancé entre travailler dans la création et dans un milieu plus social. J’ai décidé de créer, mais il m’a semblé logique de vouloir associer les valeurs qui m’ont toujours portées à mon travail graphique.

*Il y a fort fort longtemps, j’ai même passé un bac science médico-social et fait une première année de formation infirmière.

Les convictions que je défend

Éthique

Par mon travail, je souhaite pouvoir aider à mettre en avant des projets porteurs de valeurs raisonnées et raisonnables. Je privilégie donc les projets, structures et actions qui ont une échelle humaine.
C’est une définition très subjective, j’en suis consciente. Loin de moi d’avoir l’éthique la plus parfaite, ni d’exiger de l’autre qu’il l’ait, mais essayons de faire au mieux.

Responsable

En voyageant, j’ai trouvé un équilibre personnel. Mais j’ai vu beaucoup de choses assez scandaleuses partout dans le monde : faire attention à notre planète, autant dans la sphère privée que professionnelle, m’a semblé encore plus important.
Où que je sois et quelle que soit mon activité, envisager en priorité les alternatives propres est une constante.

Bienveillance

Parce que ça rend le quotidien plus agréable et les communications plus ouvertes.

Lyonnais, Lyonnaise,
& les alentours,
j’accepte

Une mouche Lyonnaise qui a la bougeotte !

Même si, bizarrement, je peux être très casanière, il y a forcément un moment où le besoin de vivre différemment, dans un autre pays, devient viscéral. Ne t’étonne donc pas si, quelques mois par an, je m’exile ailleurs (j’aime l’immersion et c’est ma façon de moins abuser des transports). Ça ne changera en rien notre collaboration ni ma disponibilité ! Évidemment, avec la pandémie, je reste bien sagement chez moi, mais j’attends patiemment de pouvoir repartir.

Aller au contenu principal